Histoire des Landes Eternelles

Fingel

 

Le monde a oublié les Landes Eternelles et les habitants des Landes ont presque oublié qu’un monde existe au-delà de leur continent. A l’époque où l’on parlait encore d’elles, les Landes étaient vues comme un lieu fascinant mais tabou, enchanteur mais maudit, beau et redouté.

 

Le Préfingelien


Nul peuple n’a son berceau dans les Landes Eternelles. Tous ses occupants ont voyagé jusqu’à elles à une époque ancienne, pour des raisons souvent tragiques.


Ses premiers habitants connus sont les Humains Anciens, une race faisant l’objet de bien des superstitions. On les dit peu nombreux mais immortels, magiciens inégalés, enfants premiers des dieux. Ils s’installèrent au sud-ouest du continent et jamais ils ne cherchèrent le contact avec les races arrivées après eux. Leur volonté d’isolement augmenta encore leur aura de mystère.


On dit que des Hommes Bleus, fuyant une persécution sur leur terre ancestrale, prirent la mer et vinrent s’échouer sur la côte des Landes Eternelles. Durant leur voyage, ils recueillirent des Sauriens, rescapés d’une guerre civile qui avait dévasté leur monde aquatique.

On dit qu’une flotte d’Elfes et de Nains fit un jour escale sur une côte des Landes. Certains d’entre eux furent séduits par les lieux et décidèrent de s’y établir.

Une race de petits humanoïdes, les Kultars, fut massacrée par une alliance de leurs voisins. Les survivants furent exilés dans les Landes maudites.

Les D’jhis, qui se disent descendants d’un mythique peuple félin, choisirent de s’installer dans les Landes sans qu’on sache comment ils y sont venus.

Des Humains s’exilèrent suite à la chute de leur royaume et réussirent à franchir l’extraordinaire chaîne de montagnes isolant les Landes. A leur arrivée ils se séparèrent en deux peuples bientôt antagonistes : les Eldorians et les Sinans.

Quant aux gigantesques Galdurs, nul ne se souvient de leur arrivée : ils n’ont pas le goût des archives.


Dans les Landes comme ailleurs, les races, peuples, clans, se livraient des guerres incessantes. Pour préserver leur tranquillité, les Humains Anciens imaginèrent une solution incroyablement radicale. Ils donnèrent vie par magie au continent lui-même, au sol sous le pied de ses habitants. Et le continent vivant et magique, les Landes Eternelles, se vit confier la tâche d’écarter les importuns du territoire des Humains Anciens.


Les siècles succédèrent aux siècles. Peu à peu le continent vivant prit conscience de sa propre personnalité, s’émancipa du contrôle de ses maîtres, développa ses propres buts. Il souhaitait la paix sur son sol. Il s’en donna les moyens. Un jour naquit Fingel, son hérault.

 


Quelques récits portent sur les temps reculés du Préfingelien. Entre légende et réalité, ils sont à prendre avec précaution.


Epoque suivante : le Fingelien