Chapitre 3 : Dissensions


Jour après jour, diverses petites querelles eurent lieux à la frontière de la jungle de Kusamura et des contrées des Deredgens. En soi, ces derniers passèrent inaperçus auprès du reste des colons. Les Galdurs d’Idaloran pour leur part étaient concentrés sur la conquête des terres glacées du sud, la province d’Irinveron. Les Nains, quant à eux, se chargeaient de garder entre leurs mains la région de Melinis, qui, pour une raison inconnue, restait automatiquement la cible des cruelles Landes. Enfin restaient les Elfes, attachés à la pacification complète du Val d’Iriliel. Personne, parmi tous les peuples ne firent attention aux altercations entre Galdurs et Kultars…

Un sombre soir d’hiver, le conflit dégénéra. Ce fut dans une petite taverne frontalière, qu’une rixe entre un petit groupe de Kultars et un de Galdurs de Deredgen éclata. Durant l’affrontement, un Galdur, Tiar, fils de Graeth, gouverneur de Deredgen, fut tué de la main d’un Kultar, Kalik, lui-même fils de Tass'man, gouverneur Kultar.

La colère succéda rapidement au choc. Le lendemain, le gouverneur de Deredgen, après avoir fait le deuil de son fils, réclama une vieille tradition Galdure : La Justice de Sang. Le principe est simple : Lorsqu’un meurtre à lieu, l’assassin doit payer son acte de sa vie, et est donc condamné à être mis à mort. C’est donc par application de ce précepte Galdur que le gouverneur de Deredgen réclama à Tass’man, la tête de son propre fils pour rendre justice.
Bien entendu ce dernier ne put accepter le marché, s’agissant de la vie de son fils qu’il chérissait.

La guerre entre les deux peuples fut déclarée. Curieusement, durant le conflit, les Kultars furent les plus agressifs. A noter toutefois que, pour la plupart des Irilionnais, ce sont eux qui étaient pourtant dans leurs torts. Lors d’un des raids des Galdurs de Deredgen en la jungle de Kusamura, les membres de l’incursion firent un prisonnier de grande valeur : Le second fils du gouverneur Kultar. Ce dernier restait blanc comme neige, et n’avait fait aucun acte répréhensible.
Une fois le Kultar captif récupéré, Graeth avait donc obtenu un moyen de pression… Et quel moyen ! Il ordonna alors l’échange de prisonniers. Si le gouverneur Kultar donnait son premier fils, Tiar le meurtrier, celui par qui tout avait commencé, alors le second serait libre. Mais les Kultars refusèrent net, engendrant par cela l'escalade de la violence.

Bien des mois de conflits passèrent et s’étendirent jusqu’aux oreilles du clan d’Idaloran. Le Chef Galdur de ces derniers, occupée à la conquête d’Irinveron avec son armée, décida de revenir sur l’île centrale, pour mettre un terme à ce conflit sanglant et calmer les ardeurs et les esprits.
Si les Galdurs de Deredgen, apprenant l’arrivée proche de l’armée du Chef Galdur, déclarèrent l’arrêt de tout combat de leurs coté, allant jusqu'à déposer les armes et accepter un jugement de la voix du Chef Galdur, les Kultars quand à eux agirent tout autrement.
En effet, dans un accès de paranoïa, ils supposèrent que le Grand Chef allait donner raison au clan de Deredgen et exiger l’échange de prisonnier. Alors, avec des Hommes Bleus, et profitant de la situation au lieu de déposer les armes, ils prirent une terrible et effroyable décision : Celle de désactiver la totalité des portails d’Irilion, et ce, afin de ralentir l’armée du Grand Chef, et ainsi avoir le temps d’envoyer un petit groupuscule de combattants. Ce dernier ayant pour mission de libérer le second fils, prisonnier des Galdurs.

Leur pari audacieux réussit : L’armée Galdure en fut ralentie et ils parvinrent à libérer, avec brio, le fils du gouverneur. Mais une catastrophe survint, engendré par une faille du plan.
Les cruelles Landes envahirent Deredgen juste après la libération de l'otage par le groupe de combattants Kultars. Des hordes entières d’orques armés s'en prirent à la région, qui fut complètement prise de court. Plus important encore, l'organisation militaire de Deredgen s'appuyait majoritairement sur un outil : les portails qu'il y avait en la contrée. En cas d'attaque, toute leur armée, concentrée dans la capitale du territoire, pouvait rapidement atteindre les autres cités peu protégées, via les portails. Mais ceux-ci étaient désactivés!

Ce fut le massacre. Horrible, effroyable, abominable.

Quatre des sept cités de Deredgen furent complètement rasée, l'armée du gouverneur de Deredgen étant elle-même ralentie par l’incapacité de les atteindre rapidement. Et, comble du malheur, dans l'une de ces cités vivait la famille du gouverneur de Deredgen, et sa fille, adorée de tous les Galdurs du territoire. La famille fut entièrement décimée.

Le conflit atteint alors son paroxysme.

Les Galdurs de Deredgen étaient, à plus forte raison, furieux et choqués : la moitié de la population de leur territoire venait d'être décimée. Et tout cela par la faute de la paranoïa des Kultars qui n'avaient pas suivi la trêve. Toute leur haine et colère se déchaîna alors. La totalité de l’armée Galdure de Deredgen fut envoyée, en expédition punitive, sur le territoire Kultar. Ces derniers, eux-mêmes étant la cible d’attaques des Landes furent complètements pris au dépourvu. La région fut nettoyée de toute trace Kultar…

La tragédie ne se termina pas la… Alors que l'armée du Grand Chef, revenant d'Irinveron, était imminente et que le conflit allait enfin être réglé. Alors que tout allait se calmer… L'armée de Deredgen continua le mouvement, et massacra tous les Kultars d'Arius. Ainsi que les Hommes Bleus. Deux peuples de colons venaient de disparaître, décimés...

Le Chef du Clan d’Idaloran, Fenegh, arriva trop tard avec son armée. Il dut appliquer la justice comme elle se doit et était furieux. Furieux, comme tous les habitants d'Irilion, qu'un conflit aussi stupide ait ainsi dérapé. Furieux contre les Kultars, bien qu'au final ils aient été victimes de leur propre folie. Et furieux de la vengeance folle des Galdurs de Deredgen.
En châtiment, il exigea que la région de Deredgen soit vidée de ses habitants, fautifs, qui furent tous exilés dans une île sauvage, Nargraw.

Les descendants des Galdurs de Deredgen habitent là bas depuis lors. Devenant très extrémistes, appliquant toutes les anciennes traditions Galdurs et refusant de voir des non descendants s'installer en Nargraw. Isolés, mais encore puissants, sous la bannière du Chef actuel, Hergraeth, lui-même descendant du premier Chef du Clan. Encore aujourd’hui, le Chef Kial les écoute parfois, toute en se gardant de leur folie latente.

Deredgen, abandonnée, dut être reconstruite. Cette tâche fut donnée à la deuxième famille Sinane d'origine, la famille Zirak. Cette dernière, devenue nombreuse, s'y installa avec bon nombre de Nains à leur service. Ils reconstruisirent tout à leur manière, pendant des années, dans le secret. Elle fut ouverte et officiellement appelée Zirak Inbar quelques années après l’arrivée des Séridiens en Irilion. Quant à Irissadith, celle-ci resta uniquement aux mains de la famille Iriss.

La face de l’île centrale était bouleversée à tout jamais.

 

 

Chapitre 4 : La débâcle de Thelinor


Dès leur arrivée, les Elfes de la dernière expédition entrèrent en conflit avec les Nains d'Irilion. La raison, par ailleurs, ne fut jamais clairement explicitée.
Certains disent que les Nains, qui avaient à l'époque des difficultés en Melinis, leur chef lieu, espéraient avoir le territoire d'Iriliel pour se renforcer. Mais qu’ils ne purent l’obtenir, les Elfes s’installant dans ce Val. Et comme quelques années plus tard, les Nains durent abandonner Melinis, que les Landes parvinrent à reconquérir. L’état de la cité aujourd’hui est un exemple frappant de la déroute passée. En outre, Kial Kraw tomba également. Ils imputèrent aux Elfes la faute de ce coup de malchance.
Ce peuple, autrefois pratiquement aussi nombreux que les Galdurs est aujourd’hui bien petit et bien appauvri.
D'autres disent que ce sont les Elfes, qui auraient refusé d'aider les Nains à plusieurs reprises à Melinis, lors de la bataille qui les vit perdre ce territoire.

Un conflit naquit, très peu de temps après la fin du conflit de Deredgen. Les deux peuples entrèrent alors en guerre. Les Nains avaient perdu Melinis, mais avaient un autre territoire, qu'ils possèdent encore mais presque en ruines : Thelinor. Deux grandes batailles eurent lieu en Iriliel, entre Nains et Elfes. L'une fut gagnée par les Nains, l'autre par les Elfes. Le Chef Galdur, Fenegh, était intervenu pour demander le calme et proposer un traité de paix. Mais alors que les deux peuples pansaient leurs blessures et alors que la cité Naine de Thelinor, en plus, était la plus fortifiée des villes en Irilion, contrairement à Iriliel restant sans protection, les Elfes eurent, à leur tour, un coup de folie.

Ils décidèrent d'attaquer, en plein milieu de cette période de trêve demandée par Fenegh, la cité Naine. La totalité du peuple Elfe habitant Iriliel, se mit en route vers Thelinor, armée jusqu'aux dents, s'attaquèrent à la cité tous ensemble, alors que, tous le savaient, ils ne faisaient pas le poids contre une ville si intensément fortifiée.

Si aucun stratège ne leur aurait jamais conseillé une telle folie, il convient aussi d’ajouter que Thelinor était la cible des Landes depuis plusieurs jours avant leur attaque. Les Elfes attaquèrent en plein milieu de l’invasion, et ce, sans aucun plan précis leur permettant de passer outre les remparts de la bourgade.

Ce fut le massacre. Purement et simplement. Aucun Elfe ne survécut, sans même que les Nains eurent énormément à faire.

Endeuillés par cette nouvelle page sombre d'Irilion, les habitants d'Irilion interdirent l'accès à Iriliel, jusqu'a nos jours. Quant à Thelinor, la région entière se replia dans la solitude.

Beaucoup de Nains fuirent cet endroit maudit d'ailleurs, qui rappelle la page la plus sombre de l'histoire. De nos jours encore, la région reste inaccessible et seulement habitée par quelques anciens Nains. La ville est aussi partagée entre deux peuples : Les Nains restant ainsi que les Sinans de la Famille Zirak…

Une fois de plus, une tragédie s’était abattue sur Irilion…

 

 

Epilogue : La Situation actuelle & Le Devoir de Mémoire


Aujourd’hui il ne reste en Irilion qu’un nombre restreint de Gouverneurs, cinq au total.
Deux Gouverneurs Galdurs, un pour la froide contrée d’Irinveron et le reste des territoires sous la tutelle du Chef Kial.
Deux Gouverneurs Sinans, provenant chacun d’une des deux Familles : La Familles Iriss et la Famille Zirak.
Enfin, un Gouverneur Nain.

La faute imputant aux folies passées ayant ravagées les merveilleuses contrées d’Irilion.

C’est un sombre passé que celui de celui de cette île. Et pourtant, malgré les épreuves, il n’en reste pas moins un exemple pour tous. C’est un devoir de mémoire qui incombe à tous : Celui de rendre inoubliable cette blessure de tous les peuples, et la rendre présente en chacun comme souvenir, réellement ressentie. C’est un devoir d'entretenir le souvenir des souffrances subies et ce, afin de ne pas les répéter.

On ne peut pas transformer ces évènements en légendes, et perdre leurs réalités. C’est l’Histoire, et elle est inaliénable.

 

 

Retour : première partie de l'histoire d'Irilion

 

Retour : le Postfingelien