Histoires de Récoltes

Ici, l'on conte des chroniques relatives aux îlots centraux
Avatar de l’utilisateur
Elrrith Nagasdar
Messages : 331
Inscription : 17 déc. 2018, 08:14

Histoires de Récoltes

Message par Elrrith Nagasdar »

Comme pour tous les membres du peuple des Haut-Elfes, il est difficile de donner un âge à notre interlocuteur. Quelques rides sur le visage, des pattes d'oies au coin des yeux, sont les seuls vestiges d'une jeunesse effacées, volée par les Landes. Toutefois, pour ceux qui se plongent dans le regard de l'Elfe et se perdent dans l'infini bleuté de ses yeux, ils y trouvent une grande sagesse, fruit d'une longue et riche vie sur les Îlots.

Peu avare de paroles, l'Elfe aime à conter les aventures de son Peuple. Depuis quelques temps, il s'est pris au jeu de rapporter les hauts-faits de la vie d'Elrrith Nagasdar, un aventurier connu de tous pour sa grande beauté, son verbe vif et sa grâce naturelle. Malgré la disparition de ce dernier, nombreux sont ceux qui se souviennent de lui !

Voici donc quelques unes de ses aventures, partagées entre Séridia et Irilion.


Le Grizzly

C'était un petit matin comme il y en avait eu des milliers dans les Landes. Un peu de brouillard, une légère humidité résiduelle de la nuit, l'aube d'une belle journée, sans le moindre doute !

Comme je le disais, ce matin-là, Elrrith profitait de la vue splendide sur l'Océan, depuis les terres elfiques de Starenlith. Vous savez, tout proche du petit passage qui mène vers Galein'th, le désert des Bleus ! Au pied de ce pin gigantesque, il y avait une ruche. Aussi étrange que cela puisse paraître, la ruche n'était pas si petite mais au regard de la taille du tronc, elle semblait dérisoire.

L'apothicaire était à la recherche de rayons de miels, afin de préparer ses délicieuses fioles de miel. Ces dernières lui servaient de petits en-cas lors de ses grands ballades exploratrices à travers le Continent. Et cette ruche, mes amis, cette ruche était une véritable mine d'or pour l'Elfe. Rapidement, il se mit au travail. Enfilant une paire de gants en cuir, se dressant sur la pointe des pieds, il se mit à récolter délicatement des rayons de miel. Doucement, pour ne pas déranger les abeilles qui bourdonnaient bruyamment autour de sa tête, il avançait tranquillement dans son travail quand tout à coup ...

Une ombre ! Une ombre gigantesque vint à masquer le soleil ! Et l'odeur... Si vous aviez senti cette odeur ! Un mélange de terreau humide, de résine de pin et ... de viande avariée ! Quelle infection ! Reculant précipitamment, Elrrith trébucha et fini les fesses dans les aiguilles de pin qui jonchaient le sol.
Douloureux, il faut bien l'admettre.

Mais rien n'était plus ridicule que de comprendre que l'ombre en question n'était pas un Féal mais tout simplement un énorme grizzly que l'odeur de miel avait attiré auprès de la ruche. Ce dernier, gourmand, commençait déjà à fouiner dans le sac de récolte de l'aventurier, qui n'était pas vraiment prêt à partager avec l'animal !

Se remettant de sa frayeur, avec un grand éclat de rire, Elrrith se rapprocha de lui et posant sa main sur sa fourrure, il poussa légèrement le gigantesque plantigrade hors de son chemin. Puis, saisissant le sac, il s'en retourne vers Galein'th afin de pratiquer un peu l'art de l'extraction du miel.

Une fort bonne matinée en somme !
Dernière modification par Elrrith Nagasdar le 03 mai 2022, 10:35, modifié 4 fois.
Haut-Elfe armé d'une pioche

[MP de Grhump: (Si, tu m'as berné en beauté !)

Avatar de l’utilisateur
Elrrith Nagasdar
Messages : 331
Inscription : 17 déc. 2018, 08:14

Re: Histoires de Récoltes

Message par Elrrith Nagasdar »

Arius

Connaissez-vous la province d'Arius ?
Oh, il ne s'agit sans doute pas de la région la plus fréquentée d'Irilion mais certainement pas la plus déserte. Une belle académie de magie et de ... de nécromancie, s'y dresse. Les plus grands mages des deux Continents s'y pressent pour améliorer leurs arts, échanger entre adeptes et chasser quelques créatures magiques qui peuplent ces lieux.

Arius offre aussi une solide protection, de hautes murailles pour garder les terres et un port, ma foi, fort bien encadré, qui est le coeur de la ville en elle-même. On retrouve souvent des aventuriers en train de troquer quelques babioles auprès de Gubern, la galdure qui garde le dépôt portuaire.

Mais je m'égare dans mes propos, veuillez excuser un vieil elfe qui radote ! Arius était un des terrains de jeu favori d'Elrrith, principalement pour la chasse au Mérak ! Ce monstre légendaire que seuls les plus braves magiciens seraient capables d'abattre. Je ne sais pas si notre héro faisait parti de ceux-là mais on disait qu'il possédait toutefois une belle collection de trophées, bien conservés dans ses coffres.

Or donc, de vivre à Arius, l'Elfe en était venu à bien connaître ses moindres recoins. Saviez-vous par exemple qu'une salle de l'académie abrite un trésor ... Ah ? Je vois que j'ai votre intérêt ! Bien, cela sera une histoire pour une prochaine fois. Comme je le disais, Arius recèle de nombreuses ressources que les aventuriers prévoyant aiment à récolter. Pour sa part, Elrrith avait une préférence pour la récolte de champignons variés en ces lieux. Il se trouve qu'au milieu de Kyriban, à deux pas de la montgolfière, il y avait un arbre à moitié pourri, mais qui survit là depuis des lustres. Sur son tronc poussaient des polypores, par dizaines, par milliers même. Le climat faisant qu'ils pouvaient proliférer en paix, profitant de l'humidité des marais du Sud et des montagnes du Nord, coupant les vents glacés.

Grâce à son talent naturel pour la récolte, Elrrith amassa de grandes quantités de ces champignons et son expertise d'apothicaire lui permis d'en transformer une grande partie en potions, les fameuses Kul'Emen, si prisées des mages ! Comme quoi, récolter et fabriquer à proximité de sa clientèle, voilà une bien belle organisation !

Difficile de compter le nombre de Fingéliens que Nagasdar passa dans cette région mais encore de nos jours, on trouve trace de son passage, comme le portrait du "Plus bel elfe des Ilôts" que vous pouvez encore admirer dans la Taverne d'Ess'Kyriban !
Haut-Elfe armé d'une pioche

[MP de Grhump: (Si, tu m'as berné en beauté !)

Avatar de l’utilisateur
Elrrith Nagasdar
Messages : 331
Inscription : 17 déc. 2018, 08:14

Re: Histoires de Récoltes

Message par Elrrith Nagasdar »

Cimetière

Lorsque le corps cesse d'être, l'âme éternelle des vivants s'en va rejoindre le grand Tout. Parmi les secrets de notre Peuple, le devenir de ceux qui ont disparu et des rites liés à leur passage dans la vie d'après, sont parmi les plus protégés. Mais si on regarde du côté des Natifs, la mort est une chose bien plus simple ! Après quelques prières, pleurs et autres histoires contant les haut-faits de la vie du défunt, le cadavre est plongé dans la terre d'où il ne ressortira jamais. Nul doute que les vers et autres insectes se chargeront rapidement de faire disparaître le corps, tandis que le temps effacera les souvenirs des mémoires des vivants.

Elrrith n'était pas souvent proie aux idées noires mais le cimetière de Nagraw Sud se prêtait merveilleusement à ce genre de réflexion philosophique sur l'Après. Fondamentalement, la vie à Nagraw n'est guère plaisante. Cette grande île, divisée en deux régions, Nord et Sud, est extrêmement sauvage. On y trouve un volcan actif, au sein duquel de nombreuses dangereuses créatures se cachent. Des galdurs y vivent également, survivant tant bien que mal et luttant quotidiennement face à cette nature si dangereuse.

Il va sans dire que la vie dans une telle région est plutôt courte pour les autochtones, ce qui fait que les cimetières sont, disons le franchement, bien garnis. Parmi les avantages d'une telle situation, outre la jeunesse de la population, les lieux de sépultures sont souvent bien entretenus et fournis en plantes diverses. Probablement pour cette raison que le Nomade Kantor aime à venir se reposer le long du mur délimitant l'endroit. Quoiqu'il en soit, en cette fraîche journée d'automne, Elrrith s'attelait à la récolte de fleurs sur un massif d'achillées. Ces fleurs, séchées, sont extrêmement utiles aux apothicaires qui les transforment en antidotes contre le poison.

Oui, l'art de la potion est parfois paradoxal ! Qui eut crût qu'une plante toxique pouvait servir à produire un antidote ? Je trouverai bien l'occasion de vous conter cette histoire un autre jour. Comme je le disais, Elrrith accumulait paisiblement des fleurs, qu'il rangeait le plus proprement possible dans sa besace de cuir. Les fleurs auraient besoin de plusieurs semaines de séchage pour être broyées en fine poudre et intégrées aux préparations. Une petite matinée tranquille de récolte à Nagraw Sud, dans un cimetière des plus calme.
Haut-Elfe armé d'une pioche

[MP de Grhump: (Si, tu m'as berné en beauté !)

Répondre