Affaire Kely

Contes et récits historiques des Ilots et du continent.
Valfreyja
Messages : 1348
Inscription : 21 janv. 2012, 23:25

Affaire Kely

Message par Valfreyja »

Jour 8 d'elfist du fingelien 385

Le procès du bleu Kely, soupçonné du meurtre du potier Galuph, a eu lieu en salle du tribunal, sous la direction de l’Inquisiteur Arzock, secondé par Watarus, tout deux membres du détachement d’instruction en charge de l’affaire. Le verdict que devaient rendre les échevins à sa suite est pour le moment ajourné.

est joint un long parchemin retraçant le déroulement du procès
Procès de Kely/Vulgor a écrit :L’accusation

L’Inquisiteur a commencé par rappeler les recherches menées par le détachement, celles-ci ayant conduit à l’accusation de Kely. La mort de Galuph a eu lieu suite à son enlèvement par un groupe d’individus masqués, qui furent traqués par les aventuriers. Ceux-ci arrivèrent malheureusement trop tard sur les lieux de sa mort, la salle de la milice. Suite à ces évènement un détachement d’enquête constitué de l'eldorian Watarus, du bleu Gormeng et du nain Arzock fut mis en place par le palais. Selon les conclusions du détachement d’enquête :

Le groupe (de criminels) est donc parti de la tente de Galuph, à Starenlith. Il s'est déplacé vers la Cité du Port, qu'ils ont contourné pour se rendre en Morcraven. Là, ils sont arrivés à la grotte sud d'où ils ont pris la direction du Temple du feu de Morcraven. Ils ont utilisé les portails présents pour se rendre en Taharaji où ils ont tendu une embuscade aux aventuriers qui les poursuivaient. On a ensuite perdu leur trace avant de les trouver dans l'ancien Temple, mais ils réussirent à s'enfuir.

Il apparait cependant que Galuph était intérogé et capturé pendant cette poursuite, le groupe de criminels s’était donc scindé en deux. Un suspect fut d’ailleurs aperçu par Gorham, appelé à témoigner lors du procès, qui signala la couleur, bleue, de la veste qui dépassait de son armure de cuir sinan. L’archéologue déclara par ailleurs que le suspect trainait un gros sac derrière lui. Devant le morceau de tissu récupéré sur le corps du potier, il déclara devant l’assistance que la couleur était exactement la même que celle aperçue.

Le teinturier Irillionnais, qui fut ensuite appelé, déclara qu’il avait changé la veste déchirée, de couleur bleu, d’un aventurier pour une marron. Cet aventurier était selon ses dires un bleu à la peau foncée, qu’il reconnut comme étant Kely lors du procès. Suite à l’expertise de la veste et du morceau de tissu par le galdur il déclara que le morceau arraché correspondait parfaitement.
La veste bleue, était également maculée de taches brunes, identifiées comme étant des traces de sang.

Le détachement d’enquête mis également en évidence que Galuph avait été attaqué par un chimérien du désert, un croc de l’animal étant planté dans sa chaire. Créature que Kely avait montré être capable d’invoqué peu de temps auparavant lors d’un entrainement entre elfes noirs et sinans.

Edlera, ensuite appelée en salle du tribunal, indiqua les supplices subis par le potier. Des traces au niveau du cou de défunt indiquait qu’il avait été étranglé, mais il fut également frappé à de nombreuses reprises, mordu plusieurs fois par un chimérien, puis égorgé. Ses pieds étaient, pour leur part, brulés.

Le membre du détachement Watarus, apporta ensuite des indications sur l’interrogatoire de Kely :
Kely fut drogué et fut soumis à la question. Il reconnut son désir de fuir en Irillion pour ne pas être arrêté et enfermé. Il nous a aussi avoué que le jour du meurtre, il était à Tarsengaard, sous terre, avec Galuph. Il a aussi reconnu avoir emprunté ce même jour la salle de la Forte et Prompte Poigne, avoir eu la manche arrachée par un homme mort. Tous ces aveux ont été fait en présence du prévôt, de dame Kharya et du détachement

La défense

Kely appela tout d’abord l’elfe noire Khaena, avec qui il avait entrenu une relation particulière par le passé, pour sa défense. Celle-ci reconnu que le bleu était, il fut un temps, un être bon et doux, mais qu’il avait, selon elle, basculé suite à des évènements survenus sur le continent, sombrant en une sorte de schizophrénie et déclarant s’appeler Vulgor. A compter de ce moment Kely se serait montré violent et capable du pire, cependant Khaena déclara qu’elle pensait que le Kely d’antan devait toujours être présent et qu’il n’était plus responsable de ses actes.

Le Bailli du peuple bleu, kee nath fut ensuite appelé, pour témoigner du bon travail accompli par l’accusé en temps qu’échevin, plus que pour apporter des éléments sur l’affaire elle-même. Le bleu aurait en effet mis de l’ordre dans les affaires en cours et permit de poser des bases stables pour la justice bleue.

L’accusé pris ensuite la parole, cependant il passa plus de temps à se plaindre des conditions de son interrogatoire qu’à assurer sa défense, n’apportant pas d’informations supplémentaires pouvant jouer en sa faveur.

Les questions des échevins et du public

Ce fut ensuite aux échevins, et au public, de poser leurs questions. L’échevin elfe, Narksafr, demanda à l’accusé comment se faisait-il qu’il se souvienne parfaitement des détails de son interrogatoire alors qu’il déclarait que la drogue lui faisait oublier ce qui s’était passé. Ce à quoi le bleu répondit que certaines douleurs ne pouvaient être oubliées. L’échevin galdur, Dunav, demanda par ailleurs à voir le pied que Kely avait déclaré comme ayant subi d’importants sévices.

L’échevin eldorian, Yoyoda souligna que le bleu semblait avoir changé son argumentaire lors de sa longue captivité. Sassanos, pour les kultars, demanda si des soupçons existaient sur l’identité des complices, ce à quoi l’Inquisiteur répondit que l’interrogatoire n’avait pas été poussé plus en avant en l’attente de la décision du tribunal sur la culpabilité de Kely.

Le représentant bleu Conkois pour sa part souligna les interrogations qu’il avait quant à la possibilité d’avoir arraché un morceau de veste alors qu’elle était recouverte par du cuir sinan, il est cependant apparu que de nombreuses explications pouvaient être apportées. Il souligna également une remarque du teinturier, déclarant que Kely ne le regardait plus de la même façon, qu’il mit en parallèle avec les dires de Khaena sur une double personnalité.

La Doge Llariarith fit part de son désir de connaitre les occupations de l’accusé le jour où fut tué le natif. Celui-ci déclara qu’il récoltait minerais et minéraux en Irilion. Toutefois, cet élément étant nouveau, aucun gérant de dépôt Irillionnais n’a pu être entendu lors du procès pour confirmer ou infirmer ces dires.

En l’assistance, Eryann demanda au détenu qui pouvait être le coupable s’il était innocent, une question à laquelle le bleu fut incapable de répondre. Enfin, Yoyoda interrogea Kely sur les raisons qui l’avaient poussé à fuir et invoquer des chimériens en cette occasion s’il était innocent, une fuite que l’accusé présenta comme un réflexe lorsque l’on est traqué.

Le verdict

Les échevins se réunirent ensuite à huit-clos pour délibérer de la culpabilité ou nous de Kely. L'Inquisiteur réapparut ensuite devant l’assistance, déclarant que sous l’effet de la fatigue et des nombreux éléments il avait été impossible aux échevins de se décider.
Le résultat du procès est donc ajourné et sera délibéré entre les échevins sous peu.
Sont également joints deux dessins réalisés par l'elfe Lindorië

Image
Image
Dernière modification par Valfreyja le 16 nov. 2012, 01:09, modifié 1 fois.
Valfreyja

Image
Image

Ne crois pas que la Mort attende avec malignité,
Elle n'est qu'un chaînon dans le plan de la Nature

Valfreyja
Messages : 1348
Inscription : 21 janv. 2012, 23:25

Re: Affaire Kely

Message par Valfreyja »

Maljour,

Devant de récentes interventions d’aventuriers sur les ondes et leur méconnaissance de ce que nous pourrions nommer l’affaire Kely il m’a paru intéressant de retracer la genèse de cette histoire qui n’a été couverte que par deux dépêches, assez courtes, dans l’AFP.
Je n’apporte bien entendu pas un éclaircissement total sur cette affaire (ce qui est le rôle d'un détachement d’enquête) mais un récit des évènements suite à la récolte d’informations ici et là.
Histoire de Galuph a écrit :Durant le fingelien 381, le potier Galuph qui était resté caché dans le manoir des Mercenaires a décidé d'en sortir. Il y a plusieurs fingeliens, ce dernier avait accepté d'aller chercher des œufs de veuves noires contre rétribution pour le réseau Serpe. Ayant changé d'avis et donné des informations, sa vie était menacée. La mort récente de Serpe et l'envie de retrouver une vie normale l'ont décidé à sortir en dépit des craintes émises par les Mercenaires et aventuriers quant à une action de membres du réseau Serpe toujours actifs.

Il aura fallu attendre plus de trois fingeliens pour réentendre parler de Galuph. Les deux événements sont-ils liés ? Pour l’instant personne ne le sait.

Il est possible de retracer les événements de la journée du 11 d’Elfist du fingelien 384 grâce au long travail du corps d’enquête en charge de cette affaire. Quatre personnes masquées arrivent par téléportation dans le campement face au dépôt de Starenlith. Au vu de leur lieu d’arrivée, elles ont usé de bague de téléportation. Le potier Galuph est alors en train de travailler devant sa tente, la nuit tombe il s’apprêtait à rentrer dormir et profitait des dernières lueurs du jour. Il ne savait pas alors que ce serait le dernier coucher de soleil qu’il verrait.
Les quatre personnes s’approchent rapidement de la tente du bleu qui prend peur rapidement et s’inquiète de cette venue et, peut-être dans l’espoir de faire fuir ces troublants personnages, en informe la communauté entière sur les ondes communes.

"Mais que voulez-vous ? Qui êtes-vous ?"

Le plus malingre des quatre, sort une arme, l’assomme, le charge sur ses épaules et le groupe s’en va en direction des montagnes vers la bannière de Kilaran sud.

Sur le moment c’est le flou parmi la communauté aventurière, ce sont les seules paroles de Galuph qu’ils entendent, avant que les aventuriers ne se souviennent de lui et du lieu de son habitation, ils perdent un précieux temps mais néanmoins, ils arrivent rapidement sur les terres des hauts-elfes.
Le premier à retrouver la trace du groupe est un sombre du nom de Deskhart, il les voit à la bannière de la cité du port toujours sur les terres elfiques. Ils ne sont plus que trois mais à ce moment-là personne ne connaissait l’existence du quatrième.

La chasse peut alors commencer, les aventuriers en route se mettent à la poursuite du groupe de brigands qui prennent leur temps à faire quelques ravages sur leur passage.
Alors que Mulvaar exhortait son frère Deskhart à sortir son arme, trois brigands passent la bannière de la cité du port et mettent à sac le campement de Brogan, ce dernier en sera quitte pour une bosse, assommé par l’un des brigands. Les brigands se ruèrent ensuite vers le sud de la cité sinane.
Kido, Kargorm et Bouh échangèrent sur les ondes. Ils réussirent à en tuer un. Un autre réussit à s'enfuir pendant que le dernier disparu, probablement sous l’effet d’un sort d’invisibilité.
Dans la confusion, personne ne s’aperçoit alors que le sac qu’ils portent très probablement ne contient rien.

Au sud de la cité sinane, les brigands restant passent à Morcraven, prennent la grotte juste à côté de la bannière en molestant au passage un kultar qui garde l’entrée (Tark Eych). Les témoignages permettent ensuite de dire que les brigands ce sont rendus au temple du feu où la prêtresse Ksat officie. Les aventuriers ont pu suivre les brigands sur les indications de Ksat et s’engouffrent par l’une des trois portes du temple. Ils arrivent au cœur du désert de Taharaji et comprennent trop tard qu’il s’agit d’une embuscade.
Le nain Kargorm commençait à comprendre qu'on les baladait. Savarog suivi de Korko furent les premiers à tomber. Suivirent Suliane et Watarus. Sindy annonçait son retour d'Irilion, sur que les brigands auraient à faire à plus forte partie.

C’est alors que le potier Galuph se refit entendre sur les ondes, dans le flou on ne savait plus bien ce qu’il en était, toujours est-il qu’il n’était pas avec les trois brigands que la communauté aventurière avait poursuivi.

Les recherches allaient donc recommencer.
Elles furent difficiles et sans des indices que Galuph donna lui-même sur ce qui l’entourait, au prix probablement de sévices corporels, les aventuriers n’auraient probablement pas retrouvé sa trace.
Le corps d’enquête par la suite put retracer le trajet du quatrième homme. Il est de source sure maintenant que depuis une pièce secrète, le quatrième homme a fui vers les ruines d’eldorion, pour regagner alors le temple de Tarsengaard.
Là, le potier fut déshabillé et attaché à une grille. Il y subit un interrogatoire assez difficile au vu des marques laissées sur son corps.
Un autre groupe de brigands avait monté une embuscade dans l’ancien temple, sûrement pour ralentir les éventuels courageux et laissé le temps au quatrième homme d’obtenir le renseignement que détenait le pauvre potier.
Un comité d’accueil composé de géants, de yétis, d’ours polaires et autres créatures rappelées d’entre les morts fondirent sur les premiers courageux qui pénétrèrent dans le temple.
Lors de l’interrogatoire, l’un des brigands laisse penser que le réseau serpe n’est pas étranger à ce qui se passe, rappelant ainsi au potier qu’il a trahi ce dernier.
Mais l’enquête n’a ensuite jamais déterminé quel réseau se cachait derrière ce meurtre.
Quand Kargorm arrive enfin auprès du bleu ce n’est que pour voir disparaitre les deux derniers brigands qui restaient et Galuph baignant dans son sang.
Ce dernier avait été égorgé, les brigands ne laissaient ainsi aucune trace derrière eux.

Aucune ?

Pas tout à fait. Quand Kargorm s’agenouille près du corps de Galuph il aperçoit dans la main crispée de ce dernier un bout d’étoffe bleue.

Le réseau serpe était-il redevenu actif ?
[hrp]Merci à Kely qui est la principale rédactrice de ce récit des évènements[/hrp]
Dernière modification par Valfreyja le 16 nov. 2012, 01:07, modifié 1 fois.
Valfreyja

Image
Image

Ne crois pas que la Mort attende avec malignité,
Elle n'est qu'un chaînon dans le plan de la Nature

Valfreyja
Messages : 1348
Inscription : 21 janv. 2012, 23:25

Re: Affaire Kely

Message par Valfreyja »

Maljour,

Après avoir rédigé le procès de Kely, ou Vulgor comme il préfère se faire appeler, et la genèse de cette histoire il semblait logique que l’interrogatoire dont il a fait l’objet soit également passé au crible. Rencontrer le bleu et obtenir sa confiance de façon suffisante pour qu’il me raconte ce dont il se souvenait n’a pas été chose aisé. D’ailleurs cette partie de l’histoire me fut racontée sous la surveillance de deux chimériens du désert prêts à m’attaquer au moindre geste suspect.

Le Prévot Rundert était pour sa part trop occupé pour que je me permette de le perturber avec le désir d’avoir sa version de l’histoire. Seul le bleu a donc raconté sa version des faits et vous comprendrez donc qu’il s’agit d’une partie de l’histoire qui peut être sujette à caution.

Sur ces précisions je vous retranscris donc ici l’histoire de cet interrogatoire. Puisse-t-elle faire réfléchir les malfrats de toute sorte sur le sort qui peut les attendre...
Interrogatoire de Vulgor a écrit :Ils m’ont isolé dans les geôles ! Condamné à miner du charbon pendant des mois alors que je n’étais pas même reconnu coupable ! Condamné à ne manger qu’un morceau de pain sec et de l’eau croupie pendant toute ma captivité… quand ils daignaient me nourrir ! Heureusement ma danseuse réussissait parfois à amadouer les gardes et m'apporter un plat digne de ce nom.
Et ils sont venus… Rundert, Arzock, Watarus, Gormeng et Kharya… Tous avec un sourire mauvais aux lèvres, tous assoiffés de sang …

Ils m’ont dit que j’étais suspect, qu’innocent ou non ils avaient le droit de me faire tout ce qu’ils voulaient. Ils m’ont isolé dans le noir les jours précédents, quand les gardes m'ont trainé à la lumière, j'étais déjà tout déboussolé, il en ont profité pour me forcer à boire une potion immonde ! Un vrai poison ! Ils ont déclaré que c’était une potion pour me faire dire la vérité, c’était uniquement pour me rendre fou, me rendre confus ! Ils m’ont attaché et m’ont obligé à la boire ! Seul un esprit dérangé a pu y penser, c’est un coup de l’apothicaire nain là ! Cette erreur de la nature qui a adopté une elfe, il ferait bien d'y faire attention, je pourrais bien être tenté de lui faire essayer la potion à celle-là tient !

Leur liquide maudit m’a paralysé, privé de toute volonté. Ils luttent contre les contrebandiers et leurs produits dangereux… mais c’est eux les criminels ici ! Ils ont chargé le Chambellan de me torturer pendant que les autres me posaient leurs questions dans ce simulacre d’interrogatoire…. Enfin, Kharya n’est pas la seule à m’avoir infligé des supplices, le Grand Inquisiteur a commencé à donner le ton en me donnant un énorme coup alors que je venais de perdre conscience à cause de leur horreur.

Ils m’ont demandé pourquoi j’avais fuis avant d’être arrêté, alors qu’on me piquait progressivement la plante du pied avec une aiguille… Comme si la réponse n’était pas évidente, on me recherchait, je ne voulais pas être arrêté, tout le monde aurait fait comme moi ! On m’a accusé d’avoir lâché des chimériens sur mes poursuivants, tout en continuant de me mutiler le pied, il est normal de se défendre comme on peut. Ils sont juste jaloux ne pas être capable de contrôler des créatures ainsi.

Quand j’ai répondu que je m’étais enfui parce que j’avais peur de me faire enfermer le nain a suggéré qu’on mette un linge imprégné de vinaigre ou de sel sur ma plaie ! Et ils l’ont fait, la Chambellan l’a violemment frotté toujours sous les conseils de l’autre sadique qui disait que ça devait bien pénétrer pour empêcher la cicatrisation !

Gormeng, le bleu que je croyais un vieil ami, m’a demandé où je me trouvais le jour du meurtre de Galuph, ils m’ont craqué un orteil avant même me laisser le temps de répondre que j’étais en terres galdures, sous terre… La potion de délire recommençait à faire son effet. Quand ils ont voulu savoir si j’avais un témoin j’ai répondu Galuph… Mais ils ont pas pensé à le ramener d’entre les morts comme témoin. Le bleu a alors éclaté de rire avant de reprendre son calme et raconter la suite de son interrogatoire

Ensuite je me souviens plus … pendant quelques instants, malgré les tortures qu’ils prenaient tous plaisir à m’infliger j’étais parti loin, dans un autre monde…

Quand je suis revenu à un semblant de raison, toujours en proie à la folie latente du breuvage maudit, ils m’ont questionné sur mes goûts vestimentaires. Ils ont enfin laissé mon pied en paix, il était en charpie… pour s’attaquer à mes côtes…
Avant d’être capturé j’étais habillé en bleu, ce n’est pas un crime, tout de même, de se lasser d’une certaine couleur et de vouloir en changer si ? Comme je leur ai répondu : trop de bleu tue le bleu ! Vulgor n’a pu s’empêcher de rire aux éclat devant cette nouvelle réponse

Toujours en me torturant ils ont voulu savoir pourquoi je voulais assister aux funérailles de Galuph…. Moi j’ai dit que trouvais juste ça drôle… Mais eux ils ont aucun humour, ils m’ont roué de coups et attaché à la table de torture ! Ils m’ont ensuite forcé de dire que mon ancienne chemise avait été arrachée par un homme mort… Mais je leur ai jamais dit que c’était Galuph ils ont manipulé mes propos pour en arriver à leur conclusion ! Je leur ai même dit que ce n’était pas le bleu et que je ne lui avait pas parlé avant son enlèvement !

Ils ont voulu savoir si on m’avait rendu visite alors que j’étais en prison, bien sûr que j’en ai reçu plein. Tout le monde ne m’a pas considéré comme un criminel dès le début, c’est leur acharnement sur moi qui a fait de moi ce que je suis.
Même s'ils ont semblé déçus quand je leur ai dit que le propriétaire du navire éperon n'était pas venu, parmi les nabots il n'y a que le patrouilleur qui a bien voulu quitter sa boue.

Ils continuaient de me torturer pendant toutes les questions évidemment, mais j’avais déjà tellement souffert que je ne sentais plus la douleur, seul le délire prenait place et une soudaine crise de cécité. J’ai pas réussi à voir le morceau de tissu qu’ils me montraient. Celui-ci aurait été soit disant retrouvé sur le cadavre, celui de ma tunique il parait, mais moi je le voyais même plus, ils auraient tout aussi bien pu me montrer la tête d’un ANGE que ça aurait rien changé pour moi … ce qui est peu dire vu l'amour que je leur porte à ceux-là.

Etant donné que je ne ressentais plus les supplices infligés par Kharya ils ont voulu être encore plus cruels et m’ont mis dans la vierge de fer. Pour que la douleur cesse ils m’ont obligé à dire que je venais de Starenlith avec un sac contenant Galuph. Après ça j’ai perdu connaissance et j'ai enfin retrouvé le repos…

Je mets quiconque au défi de ne pas dire ce que ses geôliers veulent entendre en étant placé dans une machine pareille ! Moi je vous le dis, l’interrogatoire a été long, avant ça ils ont cherché le plus de preuves possibles, ils ont tenu à faire un grand procès… Mais c’était une mascarade. Ils ont trouvé un coupable, ils n’ont juste pas voulu chercher plus loin, tout le monde aurait dit comme moi !
[hrp]Encore une fois merci à Kely pour le partage de ses logs et les quelques corrections apportées au texte[/hrp]
Valfreyja

Image
Image

Ne crois pas que la Mort attende avec malignité,
Elle n'est qu'un chaînon dans le plan de la Nature

Valfreyja
Messages : 1348
Inscription : 21 janv. 2012, 23:25

Re: Affaire Kely

Message par Valfreyja »

Toujours dans l’optique de retracer l’histoire de Vulgor, le premier aventurier banni de Séridia, il manquait encore au moins un récit indispensable. Vulgor a été capturé, interrogé et jugé. Spolié de ses biens il aurait dû rester enfermé à jamais, sous surveillance, dans les geôles… mais il est aujourd’hui possible de le croiser en Irilion et il se dit même qu’il traine parfois en Seridia.
S’il est libre de ses mouvements ce n’est pas suite à une quelconque remise de peine mais bien car il s’est évadé des murs où il était enfermé.

A la manière de mon approche auprès de lui pour obtenir l’histoire de son interrogatoire je peux à présent vous livrer sa version de cette évasion. Une version qui, bien que quelque peu agressive, sera peut-être éclairante sur certains points pour les aventuriers s'y étant alors opposés.
evasion a écrit :Ah le jour de l'évasion *Vulgor sourit à ce souvenir* je m'en souviendrais longtemps ! C'était le 29 du fingel du fingelien 385.

Je savais que la tentative d'évasion approchait, malgré la garde, des informations passaient… Ils ne peuvent rien contre nous, nous sommes partout, nous voyons tout, nous pouvons tout …
Par exemple, je savais qu'ils avaient prévu de faire du chantage auprès de Cénil en kidnappant sa femme Gateusya, après tout on était plus à un natif mort en plus ou en moins, même la plupart des aventuriers soit disant bien-pensants ne s’en soucient plus guère maintenant. Alors un macchabé en plus, tant que ça permettait de me faire sortir…

Pour passer inaperçu il fallait d'abord créer une diversion pour attirer les gardes. Deux d'entre nous s'en chargèrent en utilisant les bois de contrebande... Je peux en fournir aux demandeurs d’ailleurs… Une première horde de cyclope était larguée dans le couloir du palais.

Ah oui, d’ailleurs, non, je ne dirais pas les noms de mes amis, il ne servira à rien d’insister, chez nous la loyauté n'est pas un vain mot… Bien, où en étais-je ? Ah oui Galuhan, Thoem et Braer se sont mis à brailler comme des torcos l’Alerte ! Annonçant que des créatures hostiles s'attaquaient à la zone sous leur surveillance, que le Palais du Divin Fingel était en danger.
Pour sûr leurs homologues en poste près de la geôle, n'allaient pas tarder à venir les aider libérant ainsi la voie à mes comparses, mais les aventuriers, ces empêcheurs de tourner en rond, aussi allaient rappliquer. Le compte à rebours était parti, il fallait faire vite maintenant !
Je tournais comme un lion en cage, Cénil dans un élan de grande bonté m'avait libéré de mes chaînes pour que je puisse marcher un peu… enfin, il faut dire qu’à ce moment-là il était encore loin de se douter de ce qu’il arriverait à sa chère Gateusya.

Deux autres se sont chargés de la partie du plan concernant la femme de geôlier. Ils connaissaient les habitudes de la femme qui allait régulièrement se recueillir sur la plage derrière le palais. Ils l'assommèrent, coupèrent un de ses doigts et l'un des deux se précipita à la geôle pour retrouver Cénil ... et moi …

Quand il traversa la salle de conseil il trouva le comité d'accueil prévu pour les gardes ou les aventuriers qui arriveraient par ici sous peu. Notre guerrier était à la porte qui donnait sur le couloir de la sortie, derrière laquelle les gardes avaient déjà fort à faire avec les cyclopes. Sa lame prête, le sourire aux lèvres, il attendait avec impatience ses premières victimes. J'avais d’ailleurs fait passer l'ordre de fondre sur les ANGE qui oseraient se présenter, surtout si c'était Suliane… J’aimerais tant leur, lui, faire subir des supplices raffinés, encore, et encore…
En entendant le vacarme, Cénil commençait à devenir nerveux et me menaça, exigeant de moi que je recule alors que je m'approchais pour voir ce qui se passait dans le couloir, où en était notre plan.
Il faut dire qu’il avait raison d’être nerveux, il ne savait pas encore le sort de sa chère et tendre. La pierre du Palais commençait à trembler… trembler sous les pas des géants invoqués.
Les aventuriers arrivaient déjà dans la salle du conseil, le mercenaire Korko donnait un état des lieux : "Deux nécromants avec des géants forment un comité d'accueil !"
Le porteur de l'anneau arriva sans encombre dans la geôle et rapidement planta un glaive sous la gorge de mon cerbère, lui précisant que sa femme perdrait plus qu'un doigt s'il ne faisait pas gentiment ce qu'on allait lui dire.
Pour preuve il lui planta le doigt de sa femme sous les yeux, Cénil reconnaissant la bague commença à blêmir, trop intimidé sans doute il ne réagit pas tout de suite aux ordres et on a dû le molester un peu.
C'est à ce moment-là que Gateusya due se réveiller sur la plage, elle cria : "Hiiiiiii. A l'aide! Hiiii! Mon doigt! La plage.... Aarrrrggliii".
Cela arriva à point nommé et fini de faire comprendre au geôlier que nous ne rigolions pas.
Pendant ce temps dans la salle du conseil mes amis s'en donnaient à cœur joie. La première victime fut Apollon, suivit d’autres aventuriers imprudents Black_Stars, Savarog ... Je ne saurais tous les nommer tant ils furent nombreux à se ridiculiser en cet instant.
Ma chère et tendre Suliane fut la première aventurière plus prudente que les autres, celle qui prit quelques précautions… Mais elle n’a pas eu de chance, nous voyons tout, et elle est tombée devant nos yeux omniscients… elle fut vite renvoyée en achéron, rapidement rejointe de Korko qui venait d’adopter la même méthode …

Quand ils m'ont raconté tout cela après l'évasion, ce fut un délice … J’en rêve encore parfois, la stupidité de ces mécréants est si belle …

Les deux nains, Balek et XlurP, sont arrivés par une autre entrée, mais qu’ils maitrisent la magie n’y change rien, ils sont toujours aussi faibles, ils n'ont rien pu faire face à notre puissant guerrier mage, qui les a descendu d'un revers à l'épée. Les Nains sont repartis rapidement, malgré leurs petites jambes ils peuvent courir vite en certaines circonstances, ces couards... XlurP cependant a eu le culot de revenir, du coup, il est passé sous la lame du guerrier et a eu droit à un voyage gratuit en achéron.
Voronwe a essayé de tuer un des 2 nécromants, mais, en bon lâche, il a préféré fuir en voyant arriver un géant.

Un dernier hurlement de sa femme et Cénil, contraint et forcé, ouvrit la porte de la geôle, m’offrant la liberté…
On me remit des bagues de téléportation et des potions d'invisibilité, m’invitant à ne pas moisir plus longtemps ici après une claque sur l'épaule. Je fus assuré qu'on se verrait plus tard pour la suite … nous n’en resterions pas là …
Il était temps que cette libération ai lieu, mes associés commençait à tomber sous les coups de l'ennemi… eux pouvaient passer se reposer à un dépôt, revenir après leur mort, nous nous n’avions pas cette possibilité et nous n'avions plus de pouvoir de chantage sur le gardien de la prison, il fallait déguerpir et vite !

J'exultais sur les ondes communes, autant qu'ils sachent tous la puissance que notre organisation pouvait mettre en place... et ce n’était qu’un aperçu, que ce soit dit … Dans ma fuite j’assurais les échevins responsables de mon arrestation que je ne les oublierais jamais et que nous ne reverrions … mais cette fois ci ce serait moi qui aurait les cartes en main …
Cénil courrait comme un dératé à la recherche de sa femme
Moi je disparaissais pour Irilion.

Le prévôt Rundert réunit en urgence les échevins pour organiser les recherches. Les baillis de Séridia eurent des consignes à donner aux sentinelles me concernant. Je n'allais plus pouvoir fouler le sol de Séridia avant un bon moment… enfin, ce n’était pas quelques natifs qui allaient m’empêcher de revenir un jour…
[hrp]Les remerciements habituels pour kely co-auteur de ce texte (pour une bonne partie du corps même)
Et si un modo ou autre passe par là avant que je ne le trouve en ligne pourrait-il déplacer ce sujet vers "Contes et récits des Îlots" ? n'étant plus vraiment une actualité ça y aurait surement plus ça place... [/hrp]
Valfreyja

Image
Image

Ne crois pas que la Mort attende avec malignité,
Elle n'est qu'un chaînon dans le plan de la Nature

Verrouillé