Post Fingélien

Contes et récits historiques des Ilots et du continent.
Coursier
Messages : 988
Inscription : 03 janv. 2008, 11:08

Post Fingélien

Message par Coursier »

La mort de Fingel plongea le continent vivant dans une folie dévastatrice. Durant des jours, les cataclysmes succédèrent aux cataclysmes, bouleversant la géographie. La région de Luminea devint le centre d’une vaste mer intérieure. Les îles des Sauriens furent submergées. Partout les zones civilisées reculèrent et la région sauvage du centre du continent s’étendit.

Voyant la catastrophe qu’il avait provoquée, le clergé lyncha Tallikion. Puis les prêtres se séparèrent, chacun élaborant sa propre doctrine : c’est l’origine des religions actuelles. Un seul resta fidèle à la Poigne, religion désormais discréditée. L’on raconte que son descendant se fait appeler l’Ermite et qu’il parcourt encore les Landes dans l’espoir de ramener les peuples à la foi de Fingel.

Mais la folie des Landes continua, comme elle continue encore de nos jours. Des créatures monstrueuses firent leur apparition, forçant les peuples à se regrouper dans leurs capitales pour survivre. Un mal étrange frappa les Elfes, jusqu’alors si favorisés par la nature. Certains d’entre eux virent leur peau et leur cœur s’assombrir. Ils furent appelés Elfes Noirs et formèrent une communauté rejetée.
Quant aux Humains Anciens, ils s’aperçurent trop tard qu’ils ne contrôlaient plus leur création. Ceux qui ne réussirent pas à fuir furent asservis par les Landes. Ceux-la devinrent les Féaux Eternels, instrument de la cruelle volonté de leur maîtresse.

Depuis cette époque, tous vivent dans la peur. Mais un demi-siècle après la mort de Fingel, le continent dément et incompréhensible envoya un signe. Tous ses habitants firent un rêve identique.
Ce songe indiquait la présence d’îles au centre de la nouvelle mer intérieur. Ces îles, bientôt baptisées les Îlots Centraux, sont le cœur des Landes Eternelles. Les Landes mettent leurs habitants au défi de venir en faire la conquête. Puisque les peuples ne réussissent pas à s’unir par la douceur, il leur faudra s’entendre dans les larmes, face à un adversaire commun que nul ne parviendrait à vaincre seul. A ce prix seulement les Landes accepteront de redevenir douces.

Des courageux de toutes races s’organisèrent pour relever le défi.
Au prix de lourdes pertes, un groupe mené par l’eldorian Elouin prit pied sur des îles qu’ils appelèrent Trépont et Séridia. Durant longtemps, de nouveaux colons vinrent rejoindre ces pionniers. Ils étaient de toutes les races, à l’exception inexpliquée des D’jhis et des Sauriens.
Puis durant une longue période les Séridiens ne reçurent plus de renforts. Séridia passa de la conquête glorieuse à un équilibre précaire entre plaines colonisées et montagnes d’où partent des contre-attaques de créatures monstrueuses.
Au fingelien 359, la mer intérieure redevient franchissable vers Trépont et Séridia. Mais les nouveaux aventuriers qui arrivent depuis lors sont différents des précédents colons. Un maléfice des Landes leur fait perdre leurs savoir-faire antérieurs à leur arrivée mais leur confère en contrepartie une sorte d’immunité : qu’ils meurent et ils reviennent à la vie peu après. Ces nouveaux aventuriers forment un groupe à part, vu parfois avec suspicion par les natifs séridiens.

En parallèle à la conquête de Séridia par Elouin, une flotte menée par le galdur Iri atteignait un archipel qui fut nommé Irilion. Très vite coupés de tout renfort extérieur, ces fiers pionniers réussirent pourtant à survivre. Mieux, c’est eux qui établirent un contact avec Séridia au fingelien 360. Rapidement, un traité d’alliance fut signé entre les deux archipels et des liaisons maritimes furent mises en place. Cette entraide s’avéra précieuse à de nombreuses reprises, en particulier lors de la guerre de l’Orbe (fingelien 368), au cours de laquelle les Féaux furent à deux doigts de détruire Irilion.


Telle est la situation actuelle. Le début du jeu correspond au fingelien 359 et le joueur incarne l’un de ces aventuriers débarquant en Séridia pour participer à la lutte… à moins qu’il n’ait fait le voyage pour des raisons plus obscures ou personnelles. L’histoire du Postfingelien n’est pas achevée, c’est aux joueurs d’en écrire la dernière page !

Verrouillé